• Le Cheval carnivore et sa page dédiée sur Facebook, bien pratique pour se procurer ce magnifique roman : cliquez-moi donc !

     

    Et aussi, un petit extrait :

    Olàv rentre dans le miroir, une fois de plus. Sourit à son image. Ne regrette pas un seul instant de n'être pas aussi beau que l'être, à l'intérieur, qui lui sourit à son tour. Ne remarque même plus les taches qui salissent la surface de son portrait. La lumière du soleil brille sur sa couronne. Irradie son visage et tout ce qui l'entoure. Le soleil, c'est lui. Le miroir, c'est aussi lui. Il a rejoint son image – il ne s'aperçoit même pas qu'il en avait une et qu'il n'avait même que cela.

     

    D'ailleurs, le miroir n'existe pas. Olàv le traverse sans peine. Ne remarque pas les traces de sang sur ses mains, les coupures sur ses joues. N'entend même pas le verre se briser tout à fait, alors qu'il le renverse.

     

    (Le Cheval carnivore, chapitre 9)

     

     

     

     

    Delicious

    votre commentaire
  • Disponible ici-même ! Un royaume perdu près de la mer, à l'extrême fin de l'ère viking. Un roi pervers, trois fils revanchards, une sorcière ou bien deux et quelques conteurs bizarres. Beaucoup de morts pour un bout de terre maudit, gouverné par de vils pirates. Le tout réuni dans un conte fantastique où la réalité se liquéfie sous l'effet des pensées et où les personnages traversent des mondes peuplés de cauchemars incessants, sous la plume hantée de Ann Quark.

    Avec, en prime, la page de couverture : Le Cheval carnivore

    Delicious

    votre commentaire
  • Ça fait un petit bail que je n'ai point honoré mes amis terriens de ma docte visite. Non que je sois une véritable feinéasse ! Je travaille en réalité avec acharnement sur ma trilogie d'anticipation, dont j'achève à peine le premier jet du premier tome : Les Cheveux d'Alice.

    Pour le docteur Électre, cela attendra donc un peu. Le texte d'origine est quand même très imparfait, il y a vraiment énormément de travail à faire dessus. J'avais en outre envisagé de corriger une très longue nouvelle afin de la tenir prête, mais voilà : je n'apprécie plus tant la forme que cela et je la verrais bien intégrée dans une œuvre plus large, un roman évidemment. Le personnage est un vieillard qui rumine sec, ça se passe dans le registre fantastique. Le problème est que sur 96 pages manuscrites, on assiste exclusivement à ce qui se passe dans sa vieille caboche. Un peu fatigant – même si certaines personnes à qui je l'avais fait lire avaient adoré. Mais bon, avec Alice, pas le temps, car encore 6 chapitres. Sans compter qu'il va bientôt falloir que j'attaque le deuxième, en parallèle de la correction du premier, qui est un vrai chantier, soit dit en passant – et ce n'est pas faute d'avoir fait un plan.

    Si ça continue, je vais devoir me remettre à écrire des nouvelles pour vous mettre quelque chose sous la dent de temps en temps. Inutile de m'implorer pour ce que je poste celles que j'ai déjà écrites ! Elles n'en valent pas la peine à mes yeux, les plus anciennes sont absolument imbuvables. Et là est le problème : cela fait des années que je n'ai pas écrit de nouvelle. Sur la planète Zliotl, peut-être ?

    Et puis non, je n'ai résolument pas le temps de m'amuser sur The GIMP.

    Quelle dispersion ! Comme les sables du désert des Moÿres sur le pôle Nord de ma république.

    Delicious

    votre commentaire
  • Allez aussi voir un petit peu par là, je vous prie, amis terriens : Ann Quark sur le web.

    Delicious

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires